(4/4) Pourquoi le désengagement est-il si fort dans les entreprises françaises ?

Quantité ne rime pas toujours avec qualité !

Dernier article de la série sur le désengagement, vous pouvez retrouver les 4 sur le blog du site www.neomoon-group.com.

Dans les 3 premiers articles, nous avons abordé le négativisme culturel français, la problématique du management et le peu de temps qui lui est réellement consacré, et le culte de l’individualisme au détriment de l’esprit collectif. Dernière hypothèse pour expliquer la contreperformance française en matière d’engagement, la volonté d’en faire toujours trop ! Ce constat est également très répandu et je l’ai observé dans de nombreuses entreprises ces dernières années.

A croire que les dirigeants ne sont rassurés que devant des tableaux EXCEL remplis de lignes de projets ! J’en ai compté plus de 70 récemment dans une entreprise de taille moyenne dont les résultats étaient attendus à moins de 18 mois !

Mais les projets ne sont plus aussi simples qu’ils pouvaient l’être autrefois et rien ne peut avancer aujourd’hui en pilotage ou reconduction automatique.

Tout projet est devenu transverse, complexe et imprévisible ; il nécessite des compétences et expertises multiples, parfois nouvelles et une communication sans faille entre des services qui ne parlent pas toujours le même langage et ont longtemps vécu cloisonnés.

Cette quantité déraisonnable a des conséquences désastreuses sur l’engagement des équipes d’autant plus que la répartition de la charge est rarement équitable : Les salariés les plus impliqués sont les plus sollicités et risquent ainsi de se disperser voire de parvenir à un état d’hyper investissement menant très souvent au désengagement puis à l’épuisement.

En effet, tant d’objectifs pour certains ne sont ni réalistes ni réalisables, ce qui provoque forcément découragement, perte de confiance et démotivation.

La quantité force à la rapidité et nuit à la qualité et l’innovation dans les projets, qui, une fois réalisés, sont malheureusement classés et rarement suivis et analysés avec recul.

Les managers et chefs de projets, pris par le temps, ne sont une fois de plus pas assez disponibles pour accompagner leurs équipes avec l’attention, l’écoute et l’empathie qu’elles méritent et dont elles ont besoin. Plus de place pour des réflexions d’avenir, des projets à plus long terme qu’il faudrait pourtant engager car générateurs de vision et de sens.

Une bonne stratégie, c’est avant tout savoir faire des choix et savoir renoncer !

Dirigeants, efforcez-vous donc de prioriser vos projets, d’en éliminer certains et conserver les plus innovants et les plus prometteurs, ceux pour lesquels vous vous sentez capables de communiquer votre enthousiasme et votre envie.

Répartissez le travail de façon équitable entre les différentes équipes, en réservant du temps pour l’inattendu et les opportunités comme pour la réflexion et l’innovation, pour regarder l’avenir : C’est cela donner du sens et de la vision.

Enfin, essayez de créer partout de la simplicité ! Dans les process, dans le partage de l’information, dans les relations, …

Voilà, en 4 articles, sans prétention d’exhaustivité, quelques pistes à explorer pour les aventuriers de l’engagement qui, comme moi, pensent qu’on à tout et tous à gagner dans une entreprise plus humaine, fondée sur des valeurs managériales fortement incarnées.

C’est également avec ces convictions que NEOMOON GROUP accompagne ses clients. Trouver des solutions pratiques, les mettre en place pour obtenir des résultats concrets, aider à dénouer les problématiques humaines pour gagner en engagement, en efficacité et en autonomie.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Ne vous arrêtez pas là

explorez d'autres articles